1. Alumni de l'ULB
  2. FR
  3. Alumni
  4. Instantanés

Jeanne Scahaise: Rien n’est irréversible et rien n’est définitif!

Prénom : Jeanne
Nom : Scahaise
Formation ULB :  Master en Langues et Littératures Françaises et Romanes + Master de spécialisation en gestion industrielle et technologique (Solvay)
Années de formation : 2007-2013 (Romanes) et 2020-2022 (Solvay)
Fonction actuelle : Productrice dans l’audiovisuel chez Hum Hum Productions
  • Quel rêve de « carrière » aviez-vous lorsque vous avez choisi vos études?

Lorsque j’étais jeune, mon rêve était de devenir actrice. Ayant grandi dans un milieu artistique, j’étais particulièrement sensible aux métiers de la scène et de l’audiovisuel. J’étais fascinée mais je savais aussi que ce serait une voie compliquée. En sortant de rhéto, je n’étais pas sûre d’être capable de me diriger immédiatement vers mes rêves et j’ai alors pensé à faire des études de lettres à l’ULB. Ce choix me paraissait s’aligner avec ma passion. J’y voyais une possibilité de découvrir un nouvel univers, d’enrichir ma culture générale et de développer mon esprit critique.

  • Quel parcours avez-vous réalisé finalement ?

Mon parcours à l’ULB a remis pas mal de choses en perspective. J’aimais mes études mais j’avais ce petit goût artistique qui me manquait. J’ai donc en parallèle continué les cours de théâtre. J’ai eu l’occasion de jouer un second rôle dans un long-métrage et cette expérience m’a fait prendre conscience que j’étais plutôt intéressée par la réalisation.

J’ai alors commencé à écrire des petits scénarios et à les tourner, toujours en même temps que mes études de lettres. Les deux étaient assez complémentaires et me permettaient de combler mon envie de connaissances et d’autre part mon envie d’expériences artistiques. J’ai pris une année pour réaliser mon mémoire, ce qui m’a permis d’un peu me recentrer et penser au futur. J’ai donc finalement décidé de prendre le chemin de la production et j’ai fait un certificat en production audiovisuelle à l’IAD. Dans le cadre de cette formation, j’ai eu l’occasion de faire un stage qui a fini par m’amener à Los Angeles où j’ai travaillé en tant qu’assistante de production dans une boîte d’animation.
J’ai ensuite fait un passage par le Mexique pour finalement m’installer à Londres où j’ai développé ma carrière dans la production et où j’ai finalement ouvert ma structure de production avec une réalisatrice (Carol Van Hemelrijck).

Voilà maintenant quelques mois que je suis rentrée à Bruxelles. Nous avons relocalisé la boîte et je produis des projets de documentaires, de court-métrages, de clips musicaux, de vidéos promotionnelles, de pubs ou encore de long-métrages.

Aujourd’hui, j’ai pris l’initiative de faire un master de spécialisation en gestion à l’ULB afin d’acquérir de nouvelles compétences pour gérer au mieux ma société et pour dans le long terme arriver à modifier les méthodes de financements liées à l’audiovisuel en Belgique.

  • Quels sont les conseils que vous donneriez à de jeunes diplômés ?

Terminer ses études, c’est une étape compliquée et stressante. On a l’impression qu’il faut immédiatement trouver un travail et développer une carrière. Que nos choix à ce moment-là vont guider toute notre vie. Ça l’est pour certains mais ça peut aussi être le point de départ de nouvelles perspectives. Rien n’est irréversible et rien n’est définitif. Chaque étape de la vie peut vous mener ailleurs et vous permettre de développer des connaissances et des envies que vous ne soupçonnez pas.

Photo: Jeanne Scahaise en compagnie de Victor Ridley, jeune réalisateur belge, au Festival International de cinéma de Nyon.
Mis à jour le 1 août 2022